Division Intérieure

A Coeur et à Corps Perdus

La découverte de mon cœur étouffé sous le mille feuilles n'a pas été une grande surprise,parce

que j'avais senti le changement s'installer depuis quelques années.

Mais de vraiment en prendre conscience a été un peu plus difficile à digérer.

Ça me mettait vraiment face à ce que j'étais devenu et c'était ,je l'avoue,assez douloureux.

Bon je ne suis pas devenu un monstre non plus hein!mais disons que tous les traits de ma

personnalité s'étaient amplifliés pour certains et atténués pour d'autres.

J'étais devenu plus aigrie,plus austère,je ne retrouvais plus cette spontanéité,cette joie,cet optimisme

et cette foi,qui avant ne me faisaient jamais défaut et que je prenais plaisir à partager avec quiconque

en avait besoin.

Même si ce bon début de parcours m'avait fait me retrouver sur certains points,il me manquait cet

élan spontané que je pouvais avoir et qui me comblait de "joie".

Voila c'est ça ,j'y suis,ma joie est partit à mesure que mon cœur s'étouffait sous ces couches de

souffrances accumulées.

Qu'est ce qu'elle me manquait cette joie!.

C'est de là finalement que venait ce manque d'envie,ce coté plus individualiste,cette mélancolie,

enfin toutes ces facettes que je n'acceptais pas,parce que pas"moi"surtout c'est ce qui créait ce

conflit intérieur.

Ben oui! logique maintenant que j'y pense!Vu que mon vrai"moi"(vraie nature)était étouffé et ne

pouvait plus s'exprimer,cela créait une division,j'étais coupée en deux,une partie aimante,joyeuse,

et spontanée ,et une partie austère,triste et mélancolique.

Les 2 bataillaient dur pour garder leur place,une par amour et l'autre par protection.

Le souci est que la partie austère avait pris le dessus en se nourrissant et vivant des souffrances

installées sur mon cœur.

Ma partie aimante,joyeuse et spontanée avait donc de plus en plus de mal à se faire entendre ,

jusqu'à devoir utiliser comme déclic mon corps.

Ben oui pas folle la guêpe!!!puisque je ne comprenais pas avec la tête et que les infos ne s'imprimaient

pas,autant taper plus fort et aller directement dans le corps,là au moins ça fonctionnerait peut être!

et ça a fonctionné!bon avec du temps,car n'oublions pas que je suis un boulet!!aha

mais ça fonctionné!youhouuu.Il m'a fallu être de plus en plus douloureuse et raide au niveau de

mon corps pour vraiment m'interroger sur ce qui avait pu créer ça.

C'est à ce moment que le besoin de mettre des mots sur mes maux à fait son entrée en scène,

ce besoin qui n'est autre que le début de parcours que je vous ai relaté,m'a mis devant le fait accompli!

eh oui!même si j'avais mis du temps à l'accepter,j'avais créé tous ces maux.

Oh la gifle!!!Quoi?comment ça?non mais ça va pas!il faudrait être maso pour se créer tant de douleurs!

Et pourtant,c'est comme ça que ça se passe,qu'on l'accepte ou non.

Nous créons nos propres maux avec nos mots et pensées.

La colère crée des brûlures,la résistance des contractures,la peur des soucis digestifs etc etc etc...

Chaque douleur à chaque endroit représente une souffrance plus ou moins grande accompagnée

de son ou ses émotions et gardée en nous.

Ce sont la plupart du temps des souffrances vraiment inconscientes et enfouies très profond.

C'est pour cela que quand des douleurs commencent à apparaître,sur l'instant on à tendance à ne

pas comprendre,parce que nous avons comme habitude de toujours courir dans tous les sens,rempli

d’énergie,tel speedy gonzales!

Ou alors ces douleurs peuvent aussi apparaître un jour comme ça pendant nos vacances ou à une

période de notre vie ou l'on se sent apparemment parfaitement bien et heureux,lorsque bizarrement

nous sommes le plus détendu.

Eh oui!parce qu'il faut savoir que quand nous sommes détendu,nous sommes dans le lâcher prise,

donc à ce moment les souffrances profitent de l'ouverture pour se libérer.

Si elles n'ont pas pu,elles retournerons se loger en nous et se feront entendre encore plus fort,

en augmentant la douleur ou en en ajoutant une autre et encore une autre et ainsi de suite.

C'est de cette façon que notre cœur à l'asphyxie nous parle.

C'est de cette façon qu'il m'a parlé et que j'ai enfin entendu son appel!

Après avoir passée ces 5 dernières années avec des douleurs quotidiennes que je rejetais,sur

lesquelles je ne voulais pas m'attarder et surtout que je n'acceptais pas,je me suis enfin décidée

à écouter ce que mon cœur avait à me dire.

A partir de là,j'ai pu constater que chaque bon sentiment que je laissais revivre en moi,faisait se

dissoudre une douleur physique et une émotion négative.

Voyant ce résultat,il m'a paru évident de laisser de plus en plus mon cœur s'exprimer,ainsi que

ses véritables besoins,MES véritables besoins...

En agissant ainsi j'ai acceptée ma responsabilité quant à la santé de mon corps,les besoins de

mon cœur et la paix de mon esprit.

Commentaires (2)

LE QUERE
  • 1. LE QUERE | 05/09/2014
Quelles drôles de sensations m'envahissent quand je vois en lisant cet article que mon histoire a la même trame que la votre ; la Morgan au grand coeur a fini par étouffer sous la Morgan froussarde, colérique... avec des maux, tant de maux, trop de maux. Maintenant, je sais que ce n'est pas une coïncidence, j'ai été guidé vers le livre de Michel Odoul "Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi" et là j'ai commencé (seulement commencé ; le travail, l'ouverture d'esprit à pris un peu de temps quand même) à comprendre, à voir et à entendre que cette souffrance de 20 longues années était ma propre création. Et puis, j'ai "rencontré" de belles personnes, comme vous, sur internet, et j'ai su que je pouvais créer, maintenant, de belles choses, non plus des maux, mais de l'amour, de la joie. Et oui, il y a des moments de lâcher-prises difficiles, ou les souffrances refont surface et où l'on peut douter encore, mais le coeur qui brille de nouveau, nous remet sur la bonne voie, parce qu'il a repris le dessus.
Je ne remercierai jamais assez l'Univers pour m'avoir guidée vers vous.
Namasté.
masoshami
Merci du fond du Coeur Morgan <3 Oui vous avez été guidée vers ce qui faisait écho en vous <3

Ajouter un commentaire